Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10419/129683
Authors: 
Coiteux, Martin
Rizzetto, Patrick
Suchanek, Lena
Voll, Jane
Year of Publication: 
2014
Series/Report no.: 
Bank of Canada Discussion Paper 2014-7
Abstract: 
Canadian foreign direct investment and sales of Canadian multinational firms' operations abroad, particularly in the manufacturing industry and in the United States, have accelerated sharply over the past decade. At the same time, although foreign demand has accelerated following the Great Recession, Canadian exports have failed to rebound as strongly as historical correlation would suggest. If part of Canadian firms' investment abroad over the past decade was intended to replace their Canadian production and exports, it could help to explain recent export weakness. This paper investigates these issues in the Canadian forest products industry and the motor vehicle parts manufacturing industry, using a case study approach. Specifically, we examine 15 large, Canadian, publicly traded firms, dominant in each of these industries, over the period 2000-13. We triangulate (i) financial statement data and (ii) public statements about decisions to invest abroad with (iii) macroeconomic data on the activity of Canadian foreign affiliates, focusing on investments in the United States and Mexico. We find that over this period, the companies in the study increasingly chose to invest abroad, leading to a shift in relative operational capacity from Canada to locations abroad. Motives behind this trend include market-seeking objectives, as well as relative cost factors and strategic asset seeking abroad. This shift in the location of production capacity may, at least for the industries and the time period studied, help to explain the weakness in Canadian merchandise exports over the past years, since these firms increasingly choose to serve foreign demand through their operations abroad, rather than exclusively through exports.
Abstract (Translated): 
Les dix dernières années ont vu une nette augmentation des investissements directs canadiens à l’étranger et du chiffre d’affaires des filiales étrangères de multinationales canadiennes, particulièrement dans le secteur manufacturier et aux États-Unis. En dépit de la hausse de la demande étrangère survenue à la suite de la Grande Récession, les exportations canadiennes n’ont pas rebondi aussi fortement que les corrélations historiques le laissaient supposer. Dans cette étude, les auteurs cherchent à déterminer si la faiblesse des exportations observée récemment pourrait s’expliquer par le fait que les investissements effectués à l’étranger par les entreprises canadiennes au cours des dix dernières années étaient en partie destinés à remplacer leur capacité de production au Canada ainsi que leurs exportations. Ils tentent de répondre à cette question à partir d’une étude de cas en analysant le secteur des produits forestiers et celui de la fabrication de pièces automobiles. Ils examinent plus précisément l’évolution des opérations de quinze grandes sociétés canadiennes cotées en bourse, dominantes dans ces deux secteurs, pour la période allant de 2000 à 2013. Pour ce faire, ils procèdent à l’analyse croisée de trois sources d’informations : 1) les données tirées d’états financiers; 2) les annonces d’investissements à l’étranger; 3) les données macroéconomiques sur l’activité de filiales étrangères de sociétés canadiennes, leur attention portant sur les investissements réalisés aux États-Unis et au Mexique. Les auteurs constatent que durant la période retenue, les firmes de l’échantillon ont de plus en plus choisi d’investir à l’étranger, ce qui a provoqué une délocalisation accrue de leur production. Cette tendance est justifiée par la quête de nouveaux marchés et d’actifs stratégiques, ainsi que par les coûts relatifs des facteurs. Ce déplacement de la capacité de production pourrait, du moins pour les secteurs et la période visés, contribuer à expliquer la faible progression des exportations canadiennes de biens enregistrée ces dernières années, puisque les entreprises étudiées choisissent de plus en plus de répondre à la demande étrangère par l’intermédiaire de leurs filiales plutôt qu’exclusivement au moyen des exportations.
Subjects: 
International topics
Recent economic and financial developments
Questions internationals
Évolution économique et financière récente
JEL: 
F10
F41
F21
F23
Document Type: 
Working Paper
Appears in Collections:

Files in This Item:
File
Size
600.52 kB





Items in EconStor are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.