Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10419/23681
Authors: 
Seibel, Hans Dieter
Year of Publication: 
1999
Series/Report no.: 
Working paper / University of Cologne, Development Research Center 1999,7
Abstract: 
Au cours de la moitié des années 1970, dans presque toute l'Afrique les stratégies de la modernisation et du transfert de la technologie n'ont pas réussi – initier les processus d'autosuffisance. L'intervention du Gouvernement et la planification centralisée ont précipité le désastre économique plutôt que la croissance. Dans le monde des finances, le crédit préférentiel a étouffé la mobilisation des ressources nationales et créé la dette extérieure sans croissance concomitante dans la productivité. Quant – l'économie rurale, les banques de développement agricole ont canalisé le crédit ciblé – travers les coopératives et par ce fait elles ont miné leur potentiel dans leur mission d'intermédiaires financiers viables entre les épargnants et les investisseurs-emprunteurs. Les institutions financi?res informelles et d'autres organisations indig?nes d'auto-promotion ont été mises – l'écart par ceux qui concevaient les politiques économiques. Parmi les chercheurs, les praticiens et les agences des bailleurs de fonds, on se disait qu'on avait besoin d'une nouvelle approche: celle qui se base rait sur la force de l'entreprise privée, le secteur informel, les acteurs non- gouvernementaux et la force des ressources humaines indig?nes et institutionnelles - combiner, doivent elle de façon innovée avec les apports de la modernisation extérieure.
Document Type: 
Working Paper

Files in This Item:
File
Size





Items in EconStor are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.