Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10419/23546
Authors: 
Seibel, Hans Dieter
Felloni, Fabrizio
Year of Publication: 
2003
Series/Report no.: 
Working paper / University of Cologne, Development Research Center 2003,2b
Abstract: 
Cet article présente un exemple de commercialisation de la microfinance aux Philippines, sous l’égide d’un projet de reproduction de l’approche « Grameen Bank ». Selon l’idée initiale du projet, de modestes prêts devaient être fournis aux foyers les plus pauvres par des ONG et des coopératives. Finalement, ce sont de petites banques privées qui sont devenues les principaux partenaires du projet. Ces banques rurales s’étaient rendu compte que des services financiers pouvaient être octroyés aux foyers pauvres sur des bases commerciales. Elles ont mené par la suite une rapide extension, tout en offrant aux clients pauvres un accès à toute une gamme de produits financiers (prêts, épargne, assurance). Cette incursion des banques n’a pas provoqué de « dérive » vers les clients non-pauvres ; bien au contraire, alors qu’en règle générale les clients des institutions de microfinance bénéficient de prestations de services financiers, les clients des banques ont eu l’avantage de se voir offrir des services additionnels. Les banques ont proposé des coûts unitaires de services financiers plus faibles, mais pas de taux d’intérêt significativement plus bas que les autres IMF impliquées dans le projet.
Document Type: 
Working Paper

Files in This Item:
File
Size





Items in EconStor are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.