Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10419/209563
Authors: 
Lapierre, David
Lefebvre, Pierre
Merrigan, Philip
Year of Publication: 
2016
Series/Report no.: 
Research Group on Human Capital - Working Papers Series 16-01
Abstract: 
Peu d'études peuvent évaluer les effets de long terme de l'école privée secondaire sur les résultats éducatifs des élèves, tout en contrôlant pour les caractéristiques des élèves et des parents. Au Québec, la deuxième province canadienne la plus populeuse, plus de vingt pourcent des élèves du secondaire fréquentent les écoles privées subventionnées par l'État, mais avec frais de scolarité plafonnés. Les biais de sélection, de causalité et de recrutement causés par la possibilité pour l'école privée de sélectionner les élèves rendent toutefois inappropriée une comparaison simpliste de leurs résultats éducatifs par rapport à leurs pairs du secteur public. Cette étude utilise les quatre premiers cycles de deux cohortes longitudinales de l'Enquête sur les jeunes en transition (EJET) réalisée par Statistique Canada. Elle estime l'effet de traitement de l'école privée sur le taux de graduation du secondaire selon le temps attendu, la fréquentation d'un CEGEP à 19 ans, la fréquentation de l'université à 21 ans ou plus, la graduation universitaire à partir de 24 ans ou plus ainsi que l'inscription aux programmes menant à des professions régies par des ordres professionnels au Québec. L'analyse économétrique estime les effets de traitement selon l'appariement par balancement entropique prenant en considération plusieurs variables clés dont le statut socioéconomique des élèves. Les résultats sont ensuite validés par une simulation de variable confondante. Les effets significatifs et robustes estimés attribuables à l'école privée expliquent plus de 56 de l'écart observé entre les élèves par les données (administratives ou descriptives de l'EJET), et près de 81 pourcent selon le modèle, la cohorte et le sexe.
Abstract (Translated): 
Very few studies analyze the long term educational effects of private secondary school students while controlling for their socioeconomic status. In Quebec, the second most populous Canadian province, twenty percent of students at this level are enrolled in private schools subsidized by the government, who however set a relatively low ceiling for the fees in exchange for subsidies. Bias from selection, causality and admission coming from the fact that private schools may select their students, give way to inappropriate simplistic comparison of their educational results with their public sector peers. This study uses the first four longitudinal waves on the two cohorts of Statistics Canada's Youth in Transition Survey (YITS). The analysis estimates the average treatment on the treated the effect of private school on secondary school graduation rate within expected number of years (5), enrollment in postsecondary institutions at age 19, university enrollment at age 21 or more, university graduation at age 24 or more, and enrollment in professional degrees program. The econometric analysis of treatment effects is based on a particular entropy balancing algorithm with a large set of key balancing covariates. Results are validated by a simulation-based sensitivity analysis for matching estimators. We find large, positive and statistically significant effects of private schooling on almost all outcomes analyzed. The results are not sensitive to simulations of omitted variable bias.
Subjects: 
EJET-YITS
école privée
graduation à l'école secondaire
poursuite et obtention de diplômes d'études postsecondaires et professionnels
données longitudinales
effets de traitement
balancement entropique
JEL: 
I20
I21
I28
Document Type: 
Working Paper

Files in This Item:
File
Size
603.73 kB





Items in EconStor are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.