Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10419/129694
Authors: 
Reza, Abeer
Santor, Eric
Suchanek, Lena
Year of Publication: 
2015
Series/Report no.: 
Bank of Canada Staff Discussion Paper 2015-14
Abstract: 
This paper summarizes the international evidence on the performance of quantitative easing (QE) as a monetary policy tool when conventional policy rates are constrained by the effective lower bound (ELB). A large body of evidence suggests that expanding the central bank's balance sheet through large-scale asset purchases can provide effective stimulus under the ELB. Transmission channels for QE are broadly similar to those of conventional policy, notwithstanding some important but subtle differences. The effectiveness of QE may be affected by imperfect pass-through to asset prices, possible leakage through global capital reallocation, a reduced impact through the bank lending channel, and diminishing returns to additional rounds of QE. Although the benefits of QE appear, so far, to outweigh the costs, at some point this may be reversed. The exact "effective quantitative bound" where the costs of QE become larger than the benefits is as yet unknown. The summary of the evidence, however, suggests that QE is indeed an "adequate" substitute for monetary policy at the ELB, rather than a "perfect" one.
Abstract (Translated): 
Cet article fait la synthèse des résultats des mesures d’assouplissement quantitatif adoptées à l’échelle internationale alors que l’instrument traditionnel de la politique monétaire, le taux directeur, était contraint par sa valeur plancher effective. Un vaste corpus d’études tend à montrer que le grossissement du bilan des banques centrales par l’achat massif d’actifs peut fournir une impulsion monétaire efficace dans un contexte où les taux sont à leur valeur plancher. Les canaux de transmission de l’assouplissement quantitatif sont globalement analogues à ceux de la politique traditionnelle, en dépit de quelques différences subtiles, mais importantes. Quant à l’efficacité des mesures d’assouplissement quantitatif, elle peut être amoindrie par la répercussion imparfaite de leur action sur les prix des actifs, les « fuites » qui s’opèrent par la redistribution du capital entre les pays, l’atténuation des effets attendus du canal du crédit bancaire et, enfin, par les rendements décroissants des séries supplémentaires de mesures d’assouplissement quantitatif. Il semble pour l’heure que les avantages de l’assouplissement quantitatif en surpassent les coûts, mais un retournement de situation pourrait survenir. Nul ne connaît encore où se situe cette « limite quantitative effective » au-delà de laquelle les coûts de l’assouplissement quantitatif en excèdent les bienfaits. L’analyse des travaux sur le sujet tend cependant à confirmer qu’à défaut d’être « parfait », l’assouplissement quantitatif est une solution de rechange « adéquate » à la politique monétaire traditionnelle quand les taux d’intérêt atteignent leur plancher effectif.
Subjects: 
Central bank research
International topics
Monetary policy framework
Transmission of monetary policy
Recherches menées par les banques centrales
Questions internationales
Cadre de la politique monétaire
Transmission de la politique monétaire
JEL: 
N10
E52
E58
E61
E65
Document Type: 
Working Paper
Appears in Collections:

Files in This Item:
File
Size





Items in EconStor are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.