Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10419/118679
Authors: 
Kohnert, Dirk
Year of Publication: 
2005
Citation: 
[Editor:] Nabers, Dirk [Editor:] Urfen, Andreas [Title:] Regionale Integration – Neue Dynamiken in Afrika, Asien und Lateinamerika [ISBN:] 3-926953-65-9 [Series:] Schriften des Deutschen Übersee-Instituts [No.:] 65 [Place:] Hamburg [Publisher:] Deutsches Übersee-Institut (DÜI) [Year:] 2005 [Pages:] 115-136
Abstract: 
The WAEMU and the Franc CFA-Zone: A new culture of co-operation in Francophone Africa? The CFA-zone is basically composed of two sub-zones, characterised by significant structural economic and political differences within and between its member countries: the West African Economic and Monetary Union (WAEMU/UEMOA) and the Economic and Monetary Community of Central Africa (EMCCA/CEMAC). The growing structural divergences between UEMOA and CEMAC have been intensified by the recent development of world oil markets, booming production in Equatorial Guinea and the arrival of Chad in the club of oil producers. Nevertheless the CFA-zone in general, and the UEMOA in particular, have been considered as model case for economic and monetary integration in Africa. Yet, neither of these sub-zones meets the classical criteria of the Optimum Currency Area (OCA). In contrast, they show a low degree of diversification of production and exports, low factor mobility (except of labour in some countries) and price and wage flexibility, different levels of infrastructure and of inflation, low intra-regional trade and a strong exposure to asymmetrical external shocks (e.g. violent political conflicts, different terms of trade development for oil- and agricultural exports). The rules of the informal sector, are more important in structuring the CFA-zone than the institutions and policies of the formal economic sector, including its monetary institutions. For decades, prices of French imports were overpriced, due to protection by tied aid and other political and cultural non-tariff barriers. The cost of this rent-seeking was carried not only by the French Treasury, who guarantees the peg, but by the French and EU-taxpayers, who financed budgetary bail-outs and development aid, and finally by the poorer member countries and social strata (cf. the free-rider thesis). This article analyses the aims and structures of the WAEMU and its future development prospects.
Abstract (Translated): 
L'UEMOA et la zone franc: Une nouvelle culture de la coopération en Afrique francophone? La zone CFA est essentiellement composé de deux sous-zones, caractérisé par des différences structurelles économiques et politiques importantes au sein et entre ses pays membres: l'Union Ouest Africaine économique et monétaire (UEMOA) et la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (CEMAC). Les divergences structurelles croissantes entre UEMOA et la CEMAC ont été intensifiées par le développement récent des marchés mondiaux du pétrole, la croissance exceptionnelle en Guinée équatoriale et l'arrivée du Tchad dans le club des producteurs de pétrole. Néanmoins, la zone CFA en général, et de l'UEMOA, en particulier, ont été considérés comme des cas modèle pour l'intégration économique et monétaire en Afrique. Pourtant, aucune de ces sous-zones répondant aux critères classiques de la zone monétaire optimale (ZMO). En revanche, ils montrent un degré de diversification de la production et des exportations déficient, une faible mobilité des facteurs de production (à l'exception du travail dans certains pays), des prix inflexibles et des salaires bas, différents niveaux de l'infrastructure et de l'inflation, échanges intra-régionaux faibles et une forte exposition aux chocs asymétriques externes (par exemple, les conflits politiques violents, des termes de l’échange différents pour les exportations de pétrole et agricoles). Les règles du secteur informel, sont plus important dans la structuration de la zone CFA que les institutions et les politiques du secteur économique formel, y compris ses institutions monétaires. Pendant des décennies, les prix des importations françaises étaient d'un prix surfait, grâce à la protection par l'aide liée et d'autres obstacles politiques et culturels non-tarifaires. Le coût de cette recherche de rente a été réalisée non seulement par le Trésor français, qui garantit la cheville, mais par les contribuables européens et français, qui ont financé renflouements budgétaires et l'aide au développement, et enfin par les pays membres et les couches sociales les plus pauvres (cf. la thèse free-rider). Cet article analyse les objectifs et les structures de l'UEMOA et de ses perspectives de développement.
Subjects: 
CFA zone
WAEMU
UEMOA
West Africa
Francophone Africa
Optimal Currency Area
JEL: 
R11
O23
R58
F15
E26
P2
N97
O1
Z13
Additional Information: 
Auhtor's Version
Document Type: 
Book Part

Files in This Item:
File
Size





Items in EconStor are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.