Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10419/106071
Authors: 
Herzog-Stein, Alexander
Lindner, Fabian
Sturn, Simon
van Treeck, Till
Year of Publication: 
2010
Series/Report no.: 
IMK Report 56f
Abstract: 
En dépit de la plus grave crise économique que le pays a connue depuis la seconde guerre mondiale, l'emploi n'a pas reculé en Allemagne. Au contraire : alors que l'emploi a fortement régressé dans de nombreux autres pays, il a légèrement progressé en Allemagne. Ce " miracle " s'explique par la réduction du temps de travail par habitant et la rétention d'effectifs (" flexibilité interne "). La réduction du temps de travail a permis de sauvegarder environ 1,1 million d'emplois, tandis que la rétention d'effectifs, en contrepartie d'une baisse de la productivité horaire, en a préservé quelque 2 millions. La diminution rapide et ciblée du nombre d'heures travaillées pendant la récession a été réalisée à l'aide du chômage partiel, des comptes d'épargne temps et des possibilités de réduction du temps de travail au niveau de l'entreprise. Les réformes du marché du travail de la dernière décennie ne sauraient expliquer les bonnes performances de l'Allemagne en matière d'emploi pendant la Grande récession. En effet, l'objectif de ces réformes était de renforcer la flexibilité externe, par exemple au moyen du travail intérimaire. Mais globalement, la déréglementation du marché allemand de l'emploi et la modération salariale qu'elle a renforcée n'ont pas non plus favorisé l'emploi lors de la reprise qui a précédé la Grande récession. Au cours de la phase de reprise 2005-2008, l'emploi, malgré les réformes, ne s'est pas particulièrement développé en comparaison internationale ; et lors de la récession de 2001 à 2005, la modération salariale a fortement entravé les créations d'emplois. La modération salariale allemande a en outre entraîné des déséquilibres dans la zone euro.
Abstract (Translated): 
Despite the biggest economic slump in Germany since the Second World War, employment did not decrease. In other European countries, which have even been hit less hard, employment started to decrease significantly. This 'employment miracle' is a result of the high internal flexibility of the German labour market, which resulted in a strong reduction of average working time in the downturn, and labour-hoarding by employers. Cyclical working time reduction saved some 1.1 million jobs, labour hoarding another 2 million. Working hours were reduced via short-time working schemes, working time accounts, and variations in working time at the company level. As these measures had nothing to do with the labour market reforms in the years before the crisis, there is also no direct impact of these reforms on the employment miracle. Also wage moderation, which has been fuelled by these labour market reforms, had no positive impact on the overall labour market performance of Germany.
Persistent Identifier of the first edition: 
Document Type: 
Research Report

Files in This Item:
File
Size





Items in EconStor are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.