Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10419/104626
Authors: 
Godechot, Olivier
Year of Publication: 
2013
Series/Report no.: 
MaxPo Discussion Paper 13/4
Abstract: 
Les supérieurs femmes promeuvent-elles une plus grande égalité salariale entre hommes et femmes ? Par ailleurs, même si elles voulaient promouvoir plus d'égalité, elles pourraient manquer de pouvoir, non seulement pour mettre en œuvre cette politique mais aussi pour améliorer les salaires de l'ensemble de leurs subordonnés hommes comme femmes. En nous fondant sur l'enquête SalSa et l'enquête COI, nous montrons que les différentiels de salaires entre hommes et femmes sont effectivement plus faibles lorsque le supérieur est de sexe féminin. Cette position est toutefois associée à des salaires plus faibles pour l'ensemble des subordonnés. La faiblesse relative des salaires sous la supervision d'une femme peut être liée à des biais de sélection : les femmes deviendraient plus facilement des supérieures dans des secteurs, des métiers, des services moins valorisés, où les salaires sont plus faibles. Même en multipliant les contrôles des effets de sélection mesurables, les salariés qui ont un supérieur femme touchent 2,5 à 4 % de moins que ceux qui ont un supérieur homme. En revanche, même si le phénomène demande encore plus ample confirmation, cet écart de salaire en fonction du sexe du supérieur semble plus important lorsque le salarié est un homme que lorsqu'il est une femme. Sous l'encadrement d'une femme, les écarts hommes-femmes seraient de ce fait réduits de 30 % à 85 %. L'interprétation de ce phénomène n'en est encore qu'à ses débuts. Quatre pistes sont proposées : des différences inobservées entre les positions d'encadrement masculines et féminines, l'impact à position hiérarchique identique de caractéristiques individuelles corrélées au sexe du supérieur, la différence de disposition des hommes et des femmes vis-à-vis de la négociation et de la compétition, et enfin un comportement discriminatoire des entreprises à l'égard des demandes des femmes.
Abstract (Translated): 
Do female supervisors promote greater wage equality between men and women? Although female supervisors might want to promote greater equality, might they also lack power, not only to implement this policy, but also to improve the wages of both male and female subordinates? Based on the SalSa and COI surveys, we show that female supervisors do seem to reduce the wage gap between men and women. However, the subordinates of female supervisors also receive lower wages. This phenomenon could be related to selection bias : women become supervisors more easily in sectors, jobs, and departments that are less valued and where wages are lower. Even when adding controls for measurable selection effects, employees with a female supervisor earn 2.5 % to 4 % less than those with a male supervisor. Although the phenomenon still needs additional confirmation, the wage gap between women and men does seem wider when employees are men (-5 % to -10 %) than when they are women (0 % to -3 %). When the supervisor is a woman, the gender gap significantly reduces: from 30 % to 85 %. Interpreting this phenomenon is still in its infancy. We put forward four lines of interpretation: the unobserved differences between male and female managerial positions; the effect of individual characteristics correlated with the supervisor's gender; differences between male and female dispositions to negotiation and competition; and, finally, discriminatory corporate behavior towards female demands.
Document Type: 
Working Paper

Files in This Item:
File
Size
616.28 kB





Items in EconStor are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.