Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10419/103045
Authors: 
Raykov, Radoslav S.
Year of Publication: 
2014
Series/Report no.: 
Bank of Canada Working Paper 2014-14
Abstract: 
Classical oligopoly models predict that firms differentiate vertically as a way of softening price competition, but some metrics suggest very little quality differentiation in the U.S. auto insurance market. I explain this phenomenon using the fact that risk-averse insurance companies with uncertain costs face incentives to converge to a homogeneous quality. Quality changes are capable of boosting as well as reducing profits, since quality differentiation softens price competition, but also undermines the lower-end firm's ability to charge the markup commanded by risk aversion. This can make differentiation suboptimal, leading to a homogeneous quality; the outcome depends on consumers' quality tastes and on how costly quality is. Additional trade-offs between quality costs, profits and profit variances compound this effect, resulting in equilibria at very low quality levels. I argue that this provides one explanation of how insurer competition drove quality down in the nineteenth-century U.S. market for fire insurance.
Abstract (Translated): 
Les modèles d’oligopole classiques montrent que les entreprises atténuent la concurrence qu’elles se font sur les prix par la différenciation verticale des produits. Or, certaines mesures laissent croire que le marché de l’assurance automobile aux États-Unis présente un très faible degré de différenciation qualitative. L’auteur explique ce phénomène par le fait que, étant réfractaires au risque et confrontées à des coûts incertains, les companies d’assurance sont portées à opter pour des produits de qualité uniforme. L’introduction de différences de qualité entre les produits peut tout aussi bien accroître les profits que les réduire. En effet, si elle rend moins âpre la concurrence sur les prix, la différenciation qualitative limite également la capacité de la firme offrant la variante de moindre qualité d’inclure dans son prix le taux de marge que commande son aversion pour le risque. Selon les goûts des consommateurs pour la qualité et le prix à payer pour l’obtenir, cela peut faire de la différenciation une stratégie sous-optimale qui serait rejetée au profit de l’homogénéisation de la qualité. D’autres arbitrages entre les coûts rattachés à la qualité du produit, les profits et les variances des profits exacerbent cet effet, de sorte que les équilibres se réalisent à de très bas niveaux de qualité. L’auteur soutient que ce serait là une explication au déclin de la qualité observé au XIXe siècle à la suite de l’intensification de la concurrence sur le marché américain de l’assurance incendie.
Subjects: 
Market structure and pricing
Economic models
JEL: 
G22
D43
L22
D81
Document Type: 
Working Paper

Files in This Item:
File
Size
449.28 kB





Items in EconStor are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.