Please use this identifier to cite or link to this item: http://hdl.handle.net/10419/103035
Authors: 
Chiu, Jonathan
Wong, Tsz-Nga
Year of Publication: 
2014
Series/Report no.: 
Bank of Canada Working Paper 2014-16
Abstract: 
What makes e-money more special than cash? Is the introduction of e-money necessarily welfare enhancing? Is an e-money system necessarily stable? What is the optimal way to design an efficient and stable e-money scheme? This paper provides a first attempt to develop a micro-founded, dynamic, general-equilibrium model of e-money for investigating these policy issues. We first identify some superior features of e-money which help mitigate informational frictions and enhance social welfare in a cash economy. A model that features both trading frictions and two-sided platforms is then built and used to compare two potential e-money schemes: (i) public provision of emoney with decentralized adoption, and (ii) private monopolistic provision of e-money. We show that, in general, both public and private provision of e-money are inefficient, and we characterize the optimal incentive scheme by addressing four potential sources of inefficiency - market powers in goods trading, network externality, liquidity constraint and monopoly distortion in e-money issuance. We show that the welfare impact of emoney depends critically on whether cash is a viable alternative to e-money as a means of payment. When it is not (e.g., for online payments where usage of money is prohibitively costly), the adoption of e-money is always welfare enhancing, albeit not welfare maximizing. However, when cash is a viable alternative (e.g., in a coffee shop), introducing e-money can sometimes reduce social welfare. Moreover, a system with public provision and decentralized adoption is inherently unstable, while a planner or a private issuer can design a pricing scheme to restore stability. Lastly, we examine an alternative e-money scheme - a hypothetical set-up with public provision through a private platform. We also compare the impact of various provision schemes on central bank seigniorage income. While this scheme may or may not improve efficiency, it can always increase seigniorage income, even though there may exist better policy options such as imposing a cash reserve requirement or collecting a charter fee.
Abstract (Translated): 
Quelles sont les particularités de la monnaie électronique qui la distinguent de l’argent comptant? Celle-ci favorise-t-elle nécessairement le bien-être? Les systèmes d’émission de la monnaie électronique sont-ils forcément stables? Quel est le moyen optimal de concevoir un système d’émission efficient et stable? La présente étude constitue une première tentative en vue d’élaborer un modèle dynamique d’équilibre général de la monnaie électronique reposant sur des fondements microéconomiques qui permet d’aborder ces questions. Nous établissons d’abord une liste d’avantages propres à la monnaie électronique qui aident à atténuer les éléments de friction relatifs à l’acquisition d’information et à accroître le bien-être collectif dans une économie monétaire. Nous construisons ensuite un modèle, qui comporte des frictions accompagnant les échanges et des plateformes bilatérales, et utilisons ce modèle pour comparer deux systèmes d’émission potentiels de la monnaie électronique : 1) émission par une autorité publique et adoption décentralisée; 2) émission par un monopoleur privé. Nous montrons que, de manière générale, ces deux types d’émission sont inefficients et nous définissons le mécanisme d’incitation optimal en déterminant quatre sources possibles d’inefficience : les pouvoirs de marché lors de l’échange de biens, l’externalité de réseau, les contraintes de liquidité et la distorsion provoquée par la position monopolistique de l’émetteur. Nous montrons que l’effet de la monnaie électronique sur le bien-être dépend essentiellement du fait que l’argent comptant représente un moyen de paiement concurrent viable. Dans le cas contraire (p. ex., coût d’utilisation prohibitif de l’argent pour les paiements en ligne), l’adoption de la monnaie électronique améliore toujours le bien-être, mais ne le maximise pas pour autant. Cependant, lorsque l’argent comptant est une solution de rechange viable (p. ex., au café), le recours à la monnaie électronique peut parfois réduire le bien-être collectif. En outre, un système basé sur un émetteur public et une adoption décentralisée est intrinsèquement instable, alors qu’un planificateur ou un émetteur privé peut élaborer un régime de prix afin de rétablir la stabilité. Enfin, nous étudions une troisième possibilité : un régime hypothétique prévoyant une émission publique par l’entremise d’une plateforme privée. Nous comparons également l’incidence de divers modes d’émission sur les recettes de seigneuriage des banques centrales. On ne peut garantir que ce régime améliorera l’efficience, mais il est certain qu’il accroîtra les recettes de seigneuriage, même s’il peut exister de meilleures options pour les pouvoirs publics, comme l’imposition de réserves obligatoires de liquidités ou de droits de licence.
Subjects: 
Bank notes
E-money
Payment clearing and settlement systems
JEL: 
E4
E42
E5
E58
L5
L51
Document Type: 
Working Paper

Files in This Item:
File
Size
650.35 kB





Items in EconStor are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.